puits de petrole

Comment investir dans le pétrole ?

Comment investir dans le pétrole dès maintenant

Des fluctuations régulières de 25% du brut ? Pétrole négatif ? Voici comment aborder cette période chaotique pour les matières premières énergétiques.

Au fond, le West Texas Intermediate a été vendu à un prix inférieur à -37 dollars le baril.

Malheureusement, si vous êtes un petit investisseur, il y a des limites à la façon dont vous pouvez en tirer profit. Vous ne pouvez pas simplement vous présenter sur les sites de stockage de Cushing, dans l’Oklahoma, être payé 37 dollars le baril pour charger votre camionnette de pétrole, puis déverser rapidement les barils sur le bord de la route en rentrant chez vous avec vos bénéfices.

Si vous êtes un investisseur institutionnel ou un trader pétrolier industriel disposant d’une capacité de stockage et de transport légitime, vous pouvez stocker du brut aux prix d’aujourd’hui, le vendre sur les marchés à terme dans quelques mois et gagner de l’argent. Mais le reste d’entre nous doit faire preuve d’un peu plus de créativité dans la manière dont nous investissons dans le pétrole.

Aujourd’hui, nous allons examiner les choses à faire et à ne pas faire pour vous montrer comment investir dans le pétrole de la bonne manière.

A NE PAS FAIRE : Acheter un ETF sur le pétrole sans savoir ce que vous achetez

Le Fonds pétrolier américain (USO) est peut-être l’idée d’investissement la plus mal conçue de l’histoire de la finance.

L’USO était si mal construit.

Vous ne pouvez pas acheter et détenir la plupart des matières premières, à quelques exceptions près, comme l’or et les métaux précieux. Ce n’est généralement pas pratique, donc toute personne souhaitant détenir un panier de produits de base le fera généralement via le marché à terme. Mais un contrat à terme est très différent d’une action.

Tout d’abord, un contrat à terme a une date d’expiration précise. Le mandat de l’USO consistait simplement à acheter le contrat à terme sur le pétrole brut léger et non corrosif du mois d’avant et à le reconduire perpétuellement une fois qu’il avait expiré. Ainsi, par exemple, elle détenait les contrats à terme de mai jusqu’à leur expiration, puis les reportait sur les contrats à terme de juin.

Cela pose un énorme problème. Le pétrole brut a été négocié en “contango” pendant la majeure partie de la dernière décennie. Lorsqu’un marché est en “contango”, les contrats à terme de longue durée sont plus élevés que ceux de courte durée. Si cela prête à confusion, il suffit de penser à la situation du pétrole aujourd’hui. Personne ne veut du pétrole aujourd’hui parce qu’il y a une demande finale terriblement faible. C’est pourquoi les prix sont bas (voire négatifs).

Mais il y a une demande de pétrole pour l’avenir, donc les prix sont encore relativement élevés si vous voulez être livré dans six mois environ.

puits de petroleDans le cas de l’USO, le fonds s’est perpétuellement reporté sur des contrats plus chers, pour les vendre seulement lorsqu’ils approchent de leur expiration. En d’autres termes, sur un marché contango, USO se fera scalper chaque mois, gagnant moins d’argent lorsque les prix du pétrole augmentent et en perdant plus lorsque les prix baissent.

USO a déjà dû modifier son mandat d’investissement à plusieurs reprises récemment pour corriger ces distorsions, en étendant chaque fois son exposition aux contrats plus loin dans l’avenir. Ce sont des pas dans la bonne direction, mais il est difficile de recommander un fonds qui change constamment sa stratégie d’investissement.

Si vous tenez à jouer le marché du pétrole avec des ETF, pensez au fonds américain USL (United States 12 Month Oil Fund). Il répartit son portefeuille de manière égale sur les 12 mois suivants de contrats à terme. Il n’échappe pas totalement à la question du contango, mais il ne se fait pas complètement massacrer par lui comme le fait l’USO. Depuis le début de l’année, l’USL a perdu 55 % de ses actifs contre 80 % pour l’USO.

Les États-Unis n’arrêteront pas de pomper le pétrole entièrement et cèderont le marché à l’Arabie saoudite et à la Russie. Cela n’arrivera pas. Mais il y aura une secousse, et elle se produit déjà. Whiting Petroleum (WLL) a déposé son bilan le 1er avril, tandis que Diamond Offshore l’a fait le 27 avril. Ils ne seront pas les derniers. La plupart des actions les moins performantes de ces 11 dernières années ont été enregistrées dans le secteur de l’exploration et de la production d’énergie. De nombreux stocks de pétrole et de gaz pourraient connaître un sort similaire à celui du merlan et du Diamond Offshore.

Murphy Oil (MUR), Devon Energy (DVN), Range Resources (RRC) : Tous ces titres doivent être considérés comme hautement spéculatifs aujourd’hui. La plupart échapperont probablement à la faillite, mais ils envisagent toujours une réduction des capacités à l’avenir et ce qui sera probablement plusieurs années plus difficiles.

FAIRE : Se concentrer sur la qualité

Ils ne sont peut-être pas très sexy, mais les supermajors intégrés sont probablement votre meilleure chance de voir les prix de l’énergie se redresser à long terme. Ces méga-capitals énergétiques ont la force financière et l’accès aux capitaux nécessaires pour survivre à une longue sécheresse énergétique. Une véritable détresse financière n’est pas pour demain. Pourtant, les actions s’échangent à des niveaux historiquement bas depuis plusieurs décennies.

Prenons l’exemple d’Exxon Mobil (XOM,). L’action se négocie aujourd’hui à des prix observés pour la première fois en 2000 et affiche un rendement impressionnant de 8,0 %. En fonction de la durée pendant laquelle les prix de l’énergie resteront faibles, Exxon pourrait décider de réduire son dividende à un moment donné au cours des prochaines années. Nous ne pouvons pas l’exclure. Mais si vous achetez l’action à des prix observés pour la première fois il y a 20 ans, c’est probablement un risque qui vaut la peine d’être pris.

Chevron (CVX) est en meilleure santé financière qu’Exxon et un peu moins susceptible de réduire son dividende. En fait, la société a déclaré le mois dernier qu’elle prévoyait de conserver son dividende intact, malgré l’effondrement des cours.

Bien sûr, vous pouvez aussi choisir la voie de la “pioche”, en achetant des entreprises qui fournissent des services à l’industrie sans être trop exposées aux prix de l’énergie. On dit que les seules personnes qui ont gagné de l’argent pendant la ruée vers l’or en Californie étaient les commerçants qui vendaient des pioches, car les véritables mineurs ont pour la plupart fait faillite.

Les exploitants de pipelines tels que Kinder Morgan (KMI, 15,02 dollars) ont vu le cours de leurs actions s’effondrer cette année. Mais la plupart ont une exposition limitée aux prix de l’énergie, tirant une plus grande partie de leurs revenus de contrats fixes d’achat ferme. En outre, la plupart des grands opérateurs de gazoducs transportent bien plus de gaz naturel que de pétrole brut, et le gaz naturel est toujours nécessaire pour chauffer les maisons et alimenter les appareils électriques.

Si vous comptez investir dans le pétrole, il est important de se rappeler que les problèmes actuels sont pour la plupart de courte durée. Il est vrai que le marché est structurellement surapprovisionné, et cela ne se règle pas du jour au lendemain. Mais une fois que l’économie commencera à s’ouvrir à nouveau, la demande d’énergie reviendra à quelque chose qui ressemble à la normale.

 


Le cycle de vie du trader typique ou comment échouer en bourse

Le cycle de vie du trader typique

Les débuts passionnants

Vous souvenez-vous comment vous avez commencé dans le trading ? Tout semblait possible et vous étiez pratiquement extatique sur les possibilités que vous offrait cet univers !

Que s’est-il passé par la suite ? Cet article va vous aider à comprendre les différentes phases par lesquelles passent la plupart des traders, pourquoi ils sont parfois devenus prisonniers de la routine et quels sont les problèmes récurrents à l’activité.

Cela vous aidera à éviter les mêmes erreurs en trading et vous fera gagner un temps précieux !

La phase indicatrice

Lorsqu’un trader commence dans le métier, il utilise généralement une variété de différents indicateurs car ceux-ci semblent sophistiqués, ils lui fournissent un signal très clair et transforment ce qu’il voit sur les cartes en informations faciles à comprendre.

Bien souvent, le trader débutant ne sait pas vraiment ce qu’il fait et ne comprend pas toujours ce que les indicateurs peuvent dire. Il les utilise comme des signaux informatifs qui lui permettront de ne pas trop se fatiguer !

La phase du prix de l’action – le moins est le plus

Lorsque les traders passent à l’action, ils adoptent en général l’approche du « se débarrasser des problèmes » et utilisent les expressions « rester simple » ou « négocier ce que l’on voit ».

Ils se fixent, comme hypnotisés, sur les tableaux de prix pour définir leurs objectifs car le prix est l’information la plus claire, c’est du moins ce que les gens disent en général !

Après avoir abandonné les indicateurs, les traders disent qu’ils se sentent plus libres car ils peuvent enfin voir au-delà. Ils comprennent ce qui est vraiment important sur les marchés.

Autant vous dire que ce n’est pas très important d’utiliser des indicateurs de prix. Mais cette notion viendra beaucoup plus tard dans le cycle de vie d’un trader !

Des délais plus élevés – Moins de tapage et plus de temps pour profiter de votre liberté

Une pensée typique dans ce domaine, pourrait être ceci :

« Quand je me suis dégagée des bénéfices dans des délais plus longs, ce qui est plus facile, j’obtiens plus de temps pour profiter de la vie car c’est quand même une des raisons majeures pour laquelle je suis venu en bourse ! »

Chaque période est unique et les caractéristiques et ensemble de compétences que vous devez avoir pour chaque cycle diffèrent de façon significative. Il est capital de savoir gérer ses différentes émotions engendrées par des variations de délais (impulsivité, calme, patience, résistance…).

Les fondamentaux – Comprendre le contexte

Ensuite, le trader commence à lire des articles de presse et de formation sur les chiffres de la macroéconomie. Il essaie de comprendre le sentiment général du marché.

La phase initiale est généralement de courte durée puisqu’il remarquera assez rapidement combien il est difficile de comprendre les données fondamentales. Ce n’est pas aussi facile que cela de trader en suivant les communiqués de presse !

Eliminer les erreurs personnelles

Les stratégies de trading automatisées, voire robotisées, semblent la meilleure manière de négocier. Cela élimine les facteurs personnels souvent responsables d’échecs du trader. Se débarrasser des émotions évite souvent les erreurs de trading impulsives.

Les traders sous-estiment généralement la volatilité, la constante évolution des marchés. Ceci pose logiquement un problème pour les stratégies de trading automatisé : elles ont évidemment besoin d’une surveillance constante et d’un réglage fréquent de leurs algorithmes.

Back -test – Vérifier ce qui a bien fonctionné avant

Après quelques frustrations, notre trader commence généralement à « back tester ». Avant d’investir plus d’argent, il voudra être sûr que sa stratégie a bien fonctionné avant.

Le back-test, semblable à la négociation automatisée, sous-estime la nature changeante des marchés financiers. Certes, cela évite un ensemble de problèmes auxquels les traders doivent faire face au cours des échanges en direct, à savoir : l’impatience et la pression face au contexte réel des marchés financiers.

Mais quasiment peu de succès réel en utilisant le black-test.

Abandonner

La plupart des traders vont passer une fois par ce cycle : en avoir assez et abandonner !

Des études sur les données de trading confirment que 40% des traders abandonnent après un mois d’activités et 80% après 2 ans !

La raison est que pour la plupart, leurs rêves et leurs espoirs sur le gain rapide et facile ont été détruits et ils en arrivent rapidement à la conclusion que le trading n’est pas l’activité aussi simple qu’ils recherchaient.

Répéter le cycle

Ceux qui vont néanmoins poursuivre leur rêve, vont répéter encore plusieurs fois ce cycle, avec des alternances et des phases dans lesquelles ils stagneront plus ou moins longtemps.

L’adoption d’une approche professionnelle et sérieuse

Comment échapper à ce cycle infernal ? Peut-être en ayant tout simplement une approche différente.

Ceux qui ont réussi à avancer et à tenir ont mis en place un plan et un journal de trading et ont commencé à prêter attention aux détails. En comprenant également que le marché n’est pas votre pire ennemi mais que vous-mêmes et vos croyances erronées sont souvent les facteurs qui sont à l’origine des mauvaises décisions.

A ce moment là, vous pourrez enfin commencer à vous concentrer sur les aspects importants de votre activité.

Conseils pour une approche professionnelle ou comment ne pas perdre en bourse:

  • Coller à un seul système
  • Cesser de se concentrer uniquement sur les entrées comme le saint Graal
  • Adhérer à des risques et à des principes de gestion de l’argent en bourse ou Money Management
  • Ne pas personnaliser les pertes
  • Démarrer le suivi de vos transactions dans un journal de négociation pour trouver des modèles négatifs et découvrir ce qui vous fait perdre de l’argent
  • Commencer à utiliser un plan de trading afin d’éviter des décisions impulsives.

Tout savoir sur les placements boursiers

Le fait d’acheter et de vendre des titres en bourse relève du placement boursier. Ce type de transaction constitue un placement financier à risque car il peut rapporter beaucoup comme il peut vous faire tout perdre. Même si les cours de bourse évoluent de façon très rapide, il n’empêche que les gains générés grâce au placement boursier sont plus rentables sur le long terme. Le placement boursier est un bon moyen pour faire fructifier ses économies mais soyez vigilants car vous risqueriez de tout perdre.

Quels sont les placements boursiers ?

Les actions, les obligations, les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable), les FCP (Fonds Communs de Placements) ou encore les warrants constituent les placements boursiers.

placements-boursiersUne action est un titre de propriété représentant le capital d’une entreprise. Celles-ci sont attribuées aux personnes faisant partie du capital de l’entreprise (actionnaires…) ainsi qu’aux investisseurs, banquiers, créanciers…

Une obligation est définie comme un titre émis par une entreprise publique ou privée donnant à son souscripteur le droit de créance sur l’émetteur (l’entreprise). L’obligation donne le droit à son détenteur de percevoir un revenu de l’entreprise. Le cours d’une obligation sur le marché dépend du revenu qu’elle génère. Plus son rendement est élevé plus son cours sera haut.

Une SICAV est une société d’investissement à capital variable, elle regroupe les actifs de plusieurs investisseurs relatifs à un investissement en valeurs mobilières telles que les actions, les obligations et les produits monétaires. Les investisseurs sont actionnaires de la SICAV, ils font ainsi partie de l’assemblée générale.

Un FCP est un fond commun de placement, il se présente sous la forme d’un portefeuille de valeurs mobilières d’un établissement financier ou d’une banque, il est géré par une société de gestion. Le nombre de parts de FCP varie en fonction de la demande des souscripteurs. Un FCP présente les mêmes avantages que les SICAV.

Le warrant, aussi appelé bon d’option, est un instrument financier émit par les banques, il permet de miser pour une période déterminée, sur l’évolution du cours d’une valeur. Les « call warrants » donnent le droit d’acheter l’actif-sous-jacent à un prix fixé (le prix d’exercice), sur une période définie (échéance), tandis que les « put warrants », donne le droit de vendre l’actif-sous-jacent au prix d’exercice jusqu’à l’échéance.

Il est fortement déconseillé d’investir tout son capital dans un seul et même secteur d’activité. Si par exemple, vous investissez toutes vos économies dans des valeurs du secteur Internet, vous risqueriez vite de tout perdre, compte-tenu de l’évolution constante des cours. Ainsi, il est préférable d’investir dans plusieurs branches d’activités, 3 ou 4, misez à la fois sur des valeurs sûres et d’autres qui le sont moins. Les SICAV ou les FCP sont des valeurs certes moins rentables mais sûres.

En bourse, aujourd’hui, la tendance est aux placements et non pas à un seul placement. Cela vous permettra de mieux répartir les risques.

Les meilleurs placements pour 2010

La chasse aux Livrets A

À partir d’avril 2010, le fisc va pénaliser les doubles détenteurs de Livret A. La loi autorise un seul Livret A par personne. L’épargnant en infraction risquera une amende de 2% du montant du Livret ouvert illégalement. Il est recommandé de fermer le Livret qui est le moins rempli.

Le plan d’épargne logement, un placement très intéressant sur le long-terme

plan-epargne-logementLe PEL propose une des rémunérations des plus attractives du marché : 2,20% net pour ceux ouverts après 2003, et 3,16% pour ceux ouverts entre août 1999 et août 2003. Même si après dix ans, votre PEL est plafonné, il est vivement conseillé de le garder.

En effet, le capital investi continue d’être rémunéré au taux d’origine, et les intérêts perçus ne supportent que les 12,1% de prélèvements sociaux. C’est à partir de la treizième année d’ouverture du PEL que les gains seront aussi soumis à l’impôt sur le revenu. Il est donc préférable de garder son PEL pour une durée de douze ans.

Le SCPI, le placement idéal pour percevoir des revenus trimestriels

Les SCPI sont des sociétés civiles de placement immobilier, avec l’argent collecté, les entreprises investissent dans l’immobilier d’entreprise : achat de bureaux, d’hôtels, certains biens peuvent ensuite être mis en location.

L’entreprise est tenue de verser tous les trois mois, une partie du loyer aux détenteurs. Ces placements peuvent rapporter jusqu’à 5,5% avant impôts en moyenne voir jusqu’à 7%. Une tendance qui devrait se maintenir en 2010.

Les actions sur lesquelles miser en 2010 ?

La performance réalisée par le CAC 40 en cette fin d’année 2009, + 22%, rend très optimistes les experts, qui pensent que l’indice parisien va continuer de monter en 2010. Néanmoins, le marché restera fragile, il est donc conseillé de miser sur des valeurs défensives qui ont enregistré de bons résultats telles que Sanofi Aventis, Vivendi ou France Telecom.


forex

Les jeux en Bourse

1.    Crazy CAC.com : pour les débutants

Crazy-CAC est un jeu gratuit basé sur la bourse. Le principe de ce jeu est simple, vous disposez d’un capital de 1000 Crazy€ que vous devez optimiser en achetant et vendant virtuellement des actions du CAC 40 et du SBF 120. Ce jeu vous permet de vous initier aux joies de la bourse sans aucun risque. Les vainqueurs sont récompensés chaque mois par des cadeaux.

Une fois que vous aurez maîtrisé les techniques et les stratégies en bourse, vous pourrez passer à la vitesse supérieure en participant au jeu Zonebourse.com, un concours réservés aux novices de la bourse.

2.    Zonebourse.com : pour les confirmés

Zone Bourse.comIl s’agit du concours les plus connus en France dans le domaine de la bourse. Organisé chaque mois, ce concours vise à récompenser les participants ayant réalisé la meilleure performance financière.

Lancé en 2007, ce concours est une compétition boursière renouvelée mensuellement qui permet aux 20 meilleurs participants de se partager la somme 40 000€ tous les mois.

Cette compétition vous permet de gérer votre portefeuille et d’accéder gratuitement à des outils exclusifs, des informations inédites et au meilleur tarif de courtage. Vous aurez accès à l’outil Trading Manager qui vous aidera à analyser vos erreurs et à mieux comprendre la stratégie des vainqueurs.

Le forum vous permettre d’échanger des conseils et des idées avec d’autres investisseurs.

Est éligible au concours, toute personne âgée de 18 et plus qui dispose d’un montant de 1000€, somme minimale à investir pour le concours. Deux types de classements sont disponibles : le classement Actions et le classement Warrants, il suffit de réaliser au moins un ordre sur ces deux marchés pour participer au concours.

Ce jeu est réalisé en partenariat avec Commerzbank et Bourse Direct.

À vous de jouer !

Sites référents pour jouer en bourse

Nous vous recommandons ces sites qui vous donneront des conseils et des astuces pour jouer en bourse :

1.    Vidéo Bourse

VideoBourseCe site très interactif vous permettra d’en savoir plus sur le marché boursier, le trading et le Forex. De nombreuses vidéos sont proposées ainsi que des interviews. Il est aussi possible de suivre une formation gratuite et complète en ligne pour débuter en bourse et devenir trader. Des conseils sont également offerts ainsi que des analyses techniques et stratégiques. Le forum dispose de nombreux membres avec lesquels vous pourrez échanger et discuter des marchés boursiers.

2.    Enstrade.com

Ce site couvre le monde de la bourse et du trading à travers toutes sortes de rubriques telles que les sociétés sur lesquelles investir, les outils et les tendances du marché. Un forum est également disponible avec la liste des clubs d’investissement. Ce site est une véritable référence dans le secteur de la bourse.

3.    Trading automatique

L’avènement d’internet nous a donné accès à beaucoup plus d’informations qu’avant. Désormais, il suffit d’un clic pour passer un ordre boursier. Ce site s’est spécialisé dans le domaine du trading automatique, il vous donne des conseils pour l’apprentissage des différents langages de programmation (MQL4, Easy Language, Excel VBA, etc) ainsi que la maîtrise des systèmes de trading automatique (stratégie, backtest, suivi). Le site donne aussi accès à la plateforme Metatrader, un outil gratuit qui vous offrira la possibilité d’analyser vos résultats d’optimisation en trois dimensions. Des articles d’actualité ainsi qu’un forum sont également disponibles.


Le top des logiciels de bourse sur le marché

Il existe une multitude de logiciels disponibles sur la toile mais certains sont moins performants que d’autres. Après avoir fait un tour sur les différents forums de discussion, voici notre sélection de logiciels de bourse :

ProRealTime : la référence sur le marché

prorealtimeÀ l’unanimité, ce logiciel est l‘un des mieux cotés sur le marché. Il permet de suivre en temps réel les cours de bourse par graphique et par compagnie. Il est gratuit pour les cours de fin de journée mais payant pour les consultations en temps réel (59€ par mois). Il est très répandu dans l’univers de bourse car il est très facile d’utilisation.

Le module PaperTrading est un simulateur de trading qui permet de développer et d’optimiser les performances boursières en se plaçant dans les conditions réelles de marché, sans risquer de capital initial.

Les fonctionnalités du logiciel sont : la gestion des ordres de bourse et ses positions, le placement des ordres sur les graphiques, l’utilisation d’une grande variété d’ordres… Une formation virtuelle du logiciel est également proposée en ligne.

D’autres logiciels proposent également les mêmes fonctionnalités que ProRealTime mais à des prix plus élevés. C’est le cas de Waldata qui coûte 999€ à l’achat puis 49€ par mois. Les programmes de ce logiciel sont en général difficiles à configurer. Platinium Temps Réel est au prix de 1500€ l’abonnement et de 50€/mois. Walmaster Trader est aussi efficace mais son prix 1300€ fait réfléchir à deux fois. Quant à MétaStock Temps réel, malgré son prix 1 589 €, il est vite rentabilisé par sa qualité. Il faut le compter comme un investissement de départ nécessaire pour gagner de l’argent en bourse.

Du côté des logiciels de bourse gratuits

On trouve sur la toile de nombreux logiciels à télécharger gratuitement. Certains ont retenu notre attention :

Merops.com

meropsIl s’agit d’un logiciel boursier spécialisé dans la gestion de portefeuilles. Très ergonomique et facile d’utilisation, il permet de suivre en direct les cours de bourse. Il se décline en 3 versions, la gratuite est utilisée par plus de 15 000 utilisateurs.

Actionbourse.com

Ce site propose une multitude de logiciels gratuits à télécharger. Vous trouverez toutes sortes d’outils tels que des statistiques, des indicateurs techniques, des graphiques, des fiches de valeurs, la gestion des cours… Même si son ergonomie n’est pas très optimale, ce site est une référence.

Zone Bourse.com

zone bourseUn site très intéressant qui permet de suivre le cours de bourse en direct. Il se compose aussi d’une rubrique sur l’actualité boursière et d’un forum boursier.

Toocharger.com

L’application Boursi Scroller pour Windows vous permet de suivre les cours de bourse. Ce logiciel se présente sous la forme d’une barre amovible apparaissant en haut de votre bureau. Vous pouvez ainsi suivre les cours de vos actions en différé de 15 minutes.

Trader-workstation

Un site complet truffés de conseils, d’analyses et d’articles d’actualités autour de la bourse. Les cours de bourse sont également disponibles en temps réel pour les actions les plus échangées du CAC 40 / SRD de la Bourse de Paris.


Le CAC 40 en bref

C’est le 15 juin 1988 que le CAC 40 a été créé par l’initiative de la Compagnie des Agents de Change, d’où l’appellation CAC. Le chiffre 40 représente les 40 entreprises françaises les mieux cotées en bourse, elles répondent à certains critères tels que la liquidité du titre, la capitalisation boursière, l’échange de titres quotidiens. Il s’agit du plus vieil indice de la Bourse de Paris et du plus connu.

CAC 40 INDEXLe CAC 40 représente la valeur de la Bourse de Paris tant en termes de volumes de transactions que du secteur d’activité, il est ainsi le reflet du marché français. Même s’il est le plus ancien indice de la bourse, son appellation a quelque peu été modifiée. Le krach boursier de 1987 a qui a eu pour conséquence majeure la modification du monopole des transactions boursières. Au 31 décembre 1987, le CAC 40 se définit avec la valeur de 1 000 points. Son inauguration officielle le 15 juin 1988 a donné une nouvelle appellation à cet indice : Cotation Assistée en Continu.

Avant 2003, le CAC 40 fonctionnait par système de capitalisation boursière, depuis les bulles spéculatives et les krachs boursiers, le CAC 40 se base aujourd’hui sur les titres réellement disponibles sur le marché, c’est le système de capitalisation boursière flottante. Cet indice représente plus de 70% de la capitalisation totale de la Bourse de Paris.

C’est le 4 septembre 2000 que le CAC 40 a atteint son paroxysme avec une clôture à 6944,77 points, avant de s’effondrer. Cet engouement engendré par l’émergence d’internet a fait naître une multitude de startups dans cette industrie qui se sont cotées en bouse. Persuadées de la rentabilité de l’affaire, nombreux actionnaires ont investi dans ces compagnies, les actions en bourse ont augmenté, la bulle spéculative a fini par exploser le 12 mars 2003 atteignant seulement 2 401,15 points (son plus bas niveau depuis 1997). L’éclatement de la bulle est consécutif à une hausse des taux d’intérêt en Europe et aux États-Unis, ce qui a engendré une récession en 2001 qui s’est aggravée par les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Le cours du CAC 40 est calculé quotidiennement à l’exception du week-end. La cotation est réalisée de manière continue tous les jours de 9h00 à 17h30. Une entreprise faisant partie du CAC 40 aujourd’hui ne le sera pas forcement le lendemain. Alors quand une valeur est à la hausse, le cours du CAC 40 augmente. Quand une entreprise disparaît de l’indice, elle est aussitôt remplacée par une des valeurs du CAC Next 20, un indice boursier regroupant les 20 sociétés susceptibles de remplacer celles du CAC 40.

cac40_euronextÀ l’échelle européenne, le CAC 40 fait partie d’Euronext, l’une des grandes bourses de valeurs européennes, créée en 2000 aux Pays-Bas comprenant la Bourse de Paris, d’Amsterdam, de Bruxelles, de Lisbonne et de Porto. En juin 2006, Euronext a fusionné avec NYSE, le premier indice new yorkais, une capitalisation boursière d’un montant de 20 000 milliards d’euros. Cette fusion lie en quelques sortes les européens à l’économie américaine. Actuellement en crise, l’économie américaine emporte tous les indices boursiers dans sa chute. C’est le cas du CAC 40 qui, en le 21 janvier 2008, enregistre sa plus forte baisse soit 5 000 points. Une baisse qui va s’accentuer tout au long de 2008, notamment en octobre avec 3 200 points à cause du refus du gouvernement américain d’adopter le plan de sauvetage Paulson pour secourir les institutions bancaires. Certains spécialistes affirment que cette baisse risque de se poursuivre tant que la bourse dépendra de l’économie américaine. Conscients de la situation, les États-Unis vont tout mettre en œuvre pour que sa situation se stabilise.


Comment remplir vos ordres de bourse ?

Un ordre de bourse est un ordre passé par une personne ou une institution financière à un intermédiaire (courtier, trader,…) pour acheter ou vendre des titres de cotation en bourse. Il existe plusieurs ordres de bourse : à cours limité, à la meilleure limite, à seuil…Une fois que vous aurez compris les subtilités de chacun des ordres, il faudra être clair et très précis lorsque vous les remplirez, voici ce que vous allez devoir compléter :

forex Votre numéro de compte dont vous êtes titulaire chez l’intermédiaire,

Votre nom,

Le code de la valeur, il s’agit d’un code unique relatif à chaque cotation en bourse. Ce code est plus connu sous le nom de TICKER, composé en général de 4 lettres identifiant la valeur cotée. Sur le marché français, les valeurs cotées disposent d’un code spécifique appelé SICOVAM (composé de chiffres). En général, à partir du ticker, les banques françaises associent en interne un code Sicovam avec lequel elle exécute l’ordre. Ce système de fonctionnement des banques reste transparent pour les clients. À titre d’exemples, le ticker de Google sera GOOG et celui de Microsoft MSFT, ce type d’appellation évite les confusions compte-tenu du grand nombre d’actions cotées en bourse.

Le libellé de la valeur, ce qui correspond au nom de la société,

Le sens de l’ordre, s’il s’agit d’un achat ou d’une vente,

La quantité de valeurs, vous devez préciser le nombre de titres que vous désirez négocier. Si vous ne préciser par le nombre, c’est à votre banquier de le faire lorsqu’il effectuera la conversion au moment d’exécuter votre ordre. Chaque marché à ses spécificités, sur le Nasdaq, vous devez indiquer un nombre de titres et non pas un montant.

La validité de l’ordre indique la durée pendant laquelle l’ordre sera actif sur le marché. En général, votre intermédiaire vous propose un délai d’un jour ou d’un mois. Si vous passez par un courtier en ligne, vous aurez la possibilité d’annuler un ordre moyennant des frais d’annulation.

meilleur-investissement-bourse-long-termeLa modalité de l’ordre, le plus souvent « au mieux » ou « à cours limité ». Cette première modalité, « au mieux » signifie que l’ordre sera exécuté au prix du marché, la valeur de l’action est soumise aux fluctuations du marché. Si vous décidez d’acheter une soixantaine d’actions Microsoft à 60$ et que son cours passe à 125$ en l’espace de quelques secondes, l’ordre passé à 60$ sera enregistré à sa valeur actuelle. Vous pouvez donc avoir de mauvaises surprises. Il est recommandé d’utiliser cette modalité en connaissance de cause.

« À cours limité » indique que vous êtes acheteur d’un titre mais limité à une certaine somme. Si vous décidez d’acquérir des actions France Télécom jusqu’à 100$ le titre. La limite sera fixée à 100$. Mais si vous décidez de vendre le titre Danone avec un cours limité à 90$. Si le cours de l’action est en dessous de ce montant alors votre ordre ne sera pas pris en compte. L’ordre de bourse sera exécuté uniquement s’il existe une contrepartie équivalente ou avantageuse.

Il est indispensable d’être clair et précis lorsque vous passez vos ordres de bourse afin d’éviter à votre intermédiaire de faire des confusions. Remplir un ordre de bourse sur internet est un jeu d’enfant.

La stratégie à adopter

Déterminer une stratégie est une des règles essentielles pour investir en bourse. Pour cela, vous devez vous informer quotidiennement sur les cotations en bourse et la valeur des actions. Avant d’investir, il est primordial de déterminer votre cible, quel public, quelle industrie allez-vous choisir ? L’entreprise que vous avez ciblée est-elle viable ? Quel est l’état de sa croissance, ses bénéfices ? A-t-elle mis en place un plan de licenciement ? Quelles sont ses valeurs ? Les valeurs défensives que l’on retrouve dans des entreprises pharmaceutiques, ou agro-alimentaires sont souvent des valeurs refuges en cas de baisse des marchés. Ces mesures sont à prendre en compte lorsque vous décidez de vous lancer sur le marché boursier, la prise de risque est inévitable.


Comment jouer en bourse ?

Jouer en bourse est une activité des plus passionnantes qui peut vous faire gagner beaucoup d’argent encore faut-il avoir les fonds suffisants pour investir. Jusqu’en 2000, le système du règlement mensuel permettait à tous acquéreurs de payer en différé les titres boursiers, une solution à la fois pratique et gratuite. Mais depuis l’harmonisation des places financières européennes, ce système de règlement mensuel a été remplacé par le service de règlement différé (SDR).

Le système de règlement différé

jouer investir en bourseLe système de règlement différé permet d’acheter ou de vendre des actions « à crédit » moyennant des frais supplémentaires. L’investisseur règlera son achat en fin de mois. Certaines actions peuvent être acquises par le SDR : celles faisant partie de l’indice SBF 120, ou celles disposant d’une capitalisation boursière minimum d’1 milliard d’euros. Il est recommandé d’avoir un certain bagage financier pour avoir recours à ce type de service. De plus, il est nécessaire de disposer d’au moins 40% de la valeur de l’emprunt en actions cotées.

Les astuces pour jouer en bourse

1.    Être patient

Il est conseillé d’attendre le dernier jour d’une opération pour vendre ses titres en bourse. Vous pouvez toujours bénéficier d’une contre-offre qui ferait ainsi augmenter votre plus-value.

2.    Jouer les traders

Les traders sont les mieux placés pour connaitre les ficelles du métier, une méthode assez gagnante est celle du pari à la baisse. Cela consiste à emprunter des actions, à les vendre immédiatement au prix du marché pour les payer seulement un mois après au tarif du marché en vigueur. Un exemple qui illustre bien cette méthode est le cas d’un trader français qui achète des actions d’un producteur de poulets américain au prix de 20$ par action, juste avant l’annonce de la grippe aviaire. Il les revend aussitôt au prix de 100$ par action. À la suite de la polémique sur cette maladie, le prix de l’action chute de 80%. Mais puisque le trader a acheté ses actions par paiement différé, il fera donc un bénéfice de 80$ par action.

Une méthode très poussée qui nécessite une bonne connaissance des tendances du marché.

3.    Attention aux crises !

commentjouerenbourseEn cas de crise financière, il est conseillé de revendre au plus vite vos actions dans les pays touchés. Plus vous tarderez à les vendre, plus vous serez exposé à des pertes de gains.

4.    Ne croyez pas tout ce que l’on dit

Avoir un bon tuyau, c’est bien mais s’en méfiez c’est mieux. En effet, vous risqueriez d’acheter des actions au plus haut et de voir leur cours s’effondrer quelques heures plus tard. Ne faites pas confiance à n’importe qui.

5.    Ne remplissez pas vos ordres de bourse à la légère

Essayez de fractionner au mieux vos ordres de bourse afin d’éviter de payer l’impôt de bourse. Pour cela, il est nécessaire que la valeur ne dépasse pas 7.668€, seuil à partir duquel vous serez imposable.


Comment gagner de l’argent en bourse ?

Une des raisons principales de se lancer dans la bourse est la rémunération. En effet, acheter et revendre des titres boursiers peut rapporter gros. Comme toutes activités financières, vous devez payer des impôts, le montant dépendra de plusieurs facteurs : le pays où la transaction est passée et  son montant.

Pour les opérations effectuées en France

gains en bourseSi votre intermédiaire boursier est situé en France, vous serez soumis à la législation française en matière d’impôts et taxes. Si vous avez réalisé plus de 7668€ de plus-value dans l’année alors vous devrez payer des impôts. Si au contraire, vous n’avez pas atteint ce montant là dans l’année, alors vous serez exempté d’impôt.

Les plus-values réalisées sur les titres boursiers sont généralement taxées à hauteur de 30%. Les impôts sont distribués de la façon suivante : 16% d’impôts fixe sur le revenu, 8% de contribution au remboursement de la dette sociale et 3% de prélèvement sociaux. D’un point de vue fiscal, vous n’aurez rien à déclarer, c’est l’intermédiaire financier situé en France qui devra déclarer auprès des services fiscaux.

Cas pratique 1

Cette année, vous avez acquis un montant de 1300€ d’actions. Vous attendez le bon moment pour les vendre, vous en retirez un montant total de 7500€. Vous aurez gagné en bourse une plus-value de 6200€. Une somme intéressante d’autant que vous n’aurez pas d’impôts à payer, le montant étant inférieur à celui fixé par la loi.

Cas pratique 2

Vous décidez d’acheter pour 7500€ d’actions en un an. Vous prenez la décision de les vendre avant que leurs valeurs finissent par chuter. Vous les revendez à 7800€. Puisque le montant limite par année est dépassé, vous serez donc taxé à hauteur de 30%. Une situation qui est loin d’être rentable compte-tenu du faible bénéfice que vous aurez fait.

Il est nécessaire d’être très pragmatique et stratégique lorsque vous décidez de vous lancer en bourse.

Pour les opérations effectuées en dehors de la France

investir et gagner de l'argent en bourseIl est tout à fait légal en tant que citoyen français d’ouvrir un compte en bourse à l’étranger à condition de payer les frais demandés. En effet, si vous décidez d’ouvrir un compte à l’étranger, vous serez dans l’obligation de le déclarer dans votre prochaine déclaration d’impôts, une taxe fiscale vous sera exigée.

Dans le cas où la France a signé des accords bilatéraux avec le pays d’ouverture du compte alors il se peut que vous soyez exempté d’impôts fiscaux. Il est nécessaire de vérifier quels accords ont été signés avec la France de façon à éviter de payer deux fois : en France et dans le pays où votre compte à été ouvert.

N’hésitez pas à consulter le site du ministère des finances afin d’être informé des conventions bilatérales signées avec la France et les autres pays.

À savoir

Les frais de gestion prélevés par votre institution financière chaque fin d’année sont déductibles d’impôts, du montant imposable et non pas du montant à payer.

Si vous transférez des titres boursiers de votre compte bancaire en France à celui d’une tierce personne, cela ne sera pas considérer comme une cession de titres.


Comment fonctionne la Bourse de Paris ou place de la bourse ?

Ce magnifique monument situé dans le 2ème arrondissement de Paris, fait partie intégrante de notre patrimoine culturel. Fondé en 1808 par l’architecte Alexandre-Théodore Brongniart, Napoléon 1er considérait la bourse de Paris comme le « thermomètre de la confiance publique ».

Le fonctionnement de cette institution a bien changé au fil des siècles. Autrefois, les transactions boursières se faisaient sur le parquet de la bourse par la méthode de la vente à la Criée : les courtiers étaient les seuls intermédiaires chargés d’acheter et de vendre l’ensemble des titres boursiers (actions, obligations et autres titres boursiers).

Les points d’achats de ces titres étaient centralisés à un seul et même endroit. Cette méthode est devenue obsolète, avec l’avènement d’internet, l’achat des titres s’est informatisé. Ce qui a rendu le marché boursier accessible à tous aux quatre coins du monde. La bourse de Paris ou place de la bourse reste le noyau du marché boursier français qui est relié au monde entier.

C’est entre 1986 et 1989 que le système CAC (cotation assistée en continu) a rendu possible la survie du marché boursier français, menacé par la bourse de Londres. C’est en 2006 que la bourse de Paris fusionne avec celle d’Amsterdam, de Bruxelles, de Lisbonne, de Porto et le LIFFE (London International Financial Futures and Options Exchange), pour donner naissance à Euronext : la seconde place boursière européenne en termes de capitalisation.

bourse-de-paris

En 2007, le groupe Euronext, spécialisé dans l’exploitation de systèmes de transactions électroniques pour les cotations, fusionne avec le NYSE, la bourse de New York, pour donner naissance à la société holding NYSE Euronext. Le siège de la nouvelle entité est situé désormais à New York. Paris préserve un statut de siège international. Cette alliance à la fois stratégique et capitalistique a pour but de donner naissance à « la grande Bourse transatlantique », considérée par certains comme « une porte de salut » pour Euronext. D’autres, en revanche, voient cette alliance comme une « menace suprême » d’une mainmise des américains sur le système de cotations et de transactions boursières.

Le NYSE, surnommée « Wall Street », est la plus grande place boursière au monde. Elle perd son statut de société à but non lucratif en décembre 2005, pour devenir une société anonyme : le NYSE Group. Le NYSE assure la cotation des actions de 2 764 sociétés, représentant au 31 décembre 2006 une capitalisation boursière de l’ordre de 25 000 milliards de dollars.

L’Euronext 100 est l’indice de référence de la bourse européenne. Il est constitué des valeurs les plus capitalisées sur Euronext. D’autres indices sont également publiés : AEX (Amsterdam), BEL-20 (Bruxelles), CAC 40 (Paris), PSI-20 (Lisbonne)… Environ 1 259 sociétés sont cotées sur ce marché boursier. Les marchés de NYSE Euronext enregistrent une valeur moyenne d’échanges de 102,7 milliards d’euros, soit 157 milliards de dollars par jour (valeur donnée au 30 juin 2008), ce qui représente plus d’un tiers des échanges mondiaux sur les marchés. NYSE Euronext fait partie de l’indice S&P 500 et est le seul opérateur boursier appartenant à l’indice S&P 100.

cac40La Bourse de Paris fonctionne sur le même principe que les autres bourses européennes. Celle-ci est ouverte tous les jours entre 09h00 et 17h40, elle est régie par l’autorité des marchés financiers (AMF) à travers trois systèmes de capitalisation : la capitalisation boursière supérieure à 1 milliard d’euros, celle comprise entre 150 millions et 1 milliard d’euros et celle inférieure à 150 millions d’euros.

Depuis l’entrée en vigueur en France de la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers (MIF) en date du 1er novembre 2007, les actions peuvent être cotées sur les bourses nationales comme sur d’autres plateformes de négociation. Une banque peut ainsi gérer sa propre plateforme de négociation.

Pour que le monde de la bourse ne soit plus un mystère pour vous, la bourse de Paris ou place de la bourse ouvre ses portes tous les jours au public. Des visites guidées vous sont offertes pour découvrir l’intérieur du Palais Brongniart ainsi que son fonctionnement.